Au "Little Danemark" de Californie

Petersen, Mortensen, Nielsen, Aalborg… Difficile d’ignorer, à en lire le nom des magasins (écrits en calligraphies germano-scandinaves), que l’on se trouve en territoire danois. La petite ville de Solvang se situe pourtant au cœur de la Californie, dans la vallée de Santa Ynez.

Avec ses hautes maisons à colombages multicolores, ses moulins, sa réplique de la Petite sirène de Copenhague, ses références à Hamlet ou au roi du Danemark, cette cité d’à peine 6.000 habitants constitue une véritable enclave scandinave, devenue, au fil du temps, une gigantesque attraction touristique.

A l’origine, la volonté des fondateurs n’avait rien de mercantile. Les 36 km2 de terre achetés en 1911 par des émigrants danois ayant quitté les terres peu fertiles du mid-west américain, devaient accueillir une colonie dédiée à l’enseignement scolaire, à l’agriculture et à l’église luthérienne ! Mais après la Seconde Guerre mondiale et l’arrivée d’une nouvelle vague d’habitants venus d’Europe, ainsi que le retour des soldats partis servir sur la terre de leurs ancêtres, la décision fut prise de donner à la ville une «couleur» plus danoise.

Les nouveaux bâtiments furent ainsi construits suivant le style scandinave et les anciens rénovés dans cet esprit. Les boutiques de souvenirs et ateliers traditionnels (chocolaterie, pâtisserie, menuiserie, etc.) se multiplièrent, transformant Solvang en haut-lieu du tourisme, avec plus d’un million de visiteurs par an.

Aujourd’hui, la ville joue pleinement la carte de son héritage danois. L’architecture, les décors, les commerces entretiennent cet esprit scandinave. Une calèche «Hønen» du XIXe siècle, sillonne même la ville proposant des commentaires en danois.

Les habitants, quant à eux, revendiquent fièrement leurs origines et célèbrent chaque année, au mois de septembre, les «Danish days», un festival couronnant la plus jolie sirène, faisant également la part belle à la musique, aux danses traditionnelles ainsi qu’à la nourriture.

Commentaires