Arro, la France gagne le coeur d’Austin

Drew and Mary Catherine Arro's chefsDrew et Mary Catherine Curren se sont rencontrés au très francophile Culinary institute de New York. Arro leur permet de travailler ensemble.

Un nouveau restaurant français arrive dans le centre-ville d’Austin.

Arro, pour « Arroser la vie » (traduction littérale de « Make a toast to life ») est le dernier concept du groupe ELM, propriétaire d’Easy Tiger et 24 Diner, également situés sur la mythique sixième rue d’Austin. Ils sont particulièrement connus depuis la participation de leur chef, Andrew Curren, aux épreuves de qualification pour la neuvième saison de Top Chef, remportée par un autre chef d’Austin, Paul Qui, il y a un an et demi.

C’est pourtant en Italie que le Texan Andrew Curren -qui a étudié la médecine vétérinaire à l’université Texas A&M – a découvert sa vocation culinaire. Mais cela n’empêche pas le trentenaire de proposer d’excellentes saucisses de style germanique à Easy Tiger. Ni de vouloir rendre hommage à la gastronomie et la culture françaises en cuisinant désormais steaks ou moules frites, croque-monsieurs, steaks tartares, mais aussi cuisses de canard confites et vol-au-vent, entre autres.

Arro constitue pour Andrew Curren une façon de travailler aux côtés de sa femme pâtissière Mary Catherine, rencontrée au très francophile French Culinary Institute de New York. L’établissement proposera donc également des desserts français comme  des profiteroles à l’eau de rose et des tartes au citron.

Sans oublier des vins français sélectionnés par deux sommeliers considérés comme des pointures : le responsable des achats de vins pour Wholefoods dans le Sud-Ouest des Etats-Unis, Devon Broglie, et Craig Collins, de Dalla Terra Winery Direct, qui vient de rentrer de France.

Dans une ville en pleine expansion qui n’a pas vu de nouveau restaurant français ouvrir depuis quelques années, Arro devrait rapidement trouver sa place, même s’il se positionne en concurrent d’établissements tenus par des chefs français. « Et si nous réussissons, nous pourrons peut-être nous récompenser avec un voyage en France », espère Andrew Curren, qui ne parle pas français, mais promet d’utiliser les quelques mots qu’il connaît quand il se rendra dans l’Hexagone.

Le menu est à 25 dollars. Et le restaurant sera ouvert à partir du samedi 20 juillet sept soirs par semaine, ainsi que le dimanche à l’heure du brunch.

Commentaires