Arnaud Ozharun décoiffe Silverlake

Un jardin vertical inspiré par le travail de Patrick Blanc (créateur -entre autres- du mur végétal du Musée Quai Branly à Paris) et la cascade naturelle annoncent la philosophie « eco-friendly » du lieu. Le décor est planté. C’est ici qu’Arnaud Ozharun a installé son nouveau concept dédié au bien-être. Avec ses 600 mètres carrés, et ses 4 mètres cinquante de plafond, Arnaud surnomme son loft « l’Eglise ». Il s’agit en réalité d’un ancien cinéma, datant de 1929.  Dans cet espace baigné de lumière, aux poutres apparentes et murs en briques, il propose l’alliage entre un salon de coiffure, un « spa », une galerie d’art et une salle d’événements. Tour d’horizon rapide de la carte des services : cheveux, esthétique, massages, numérologie, conseil, hypnose, vies passées, reiki, yoga…

Arnaud Ozharun, Français d’origine arménienne, né à Istanbul, est un amoureux de la nature. Tout petit déjà, Arnaud se passionnait pour l’art de la coiffure. A 11 ans, en Turquie, il quitte l’école pour apprendre le métier et embarque à l’âge de 14 sur un bateau de croisière de luxe pour apprendre sur le tas. La mode pour lui est à Paris, il débarque dans la ville lumière à 16 ans. Il y ouvrira successivement deux salons après avoir fait ses armes chez L’Oréal. Son deuxième salon Headscape dans le Marais annonçait les prémices de son concept à Los Angeles. C’était déjà un espace coiffure galerie dans la rue Vieille du Temple du 4e.

C’est une amie française qui lui fait alors découvrir ce quartier de Silverlake. Il y débarque en 2008 et se lance dans un projet ambitieux dans la Cité des Anges. Il ouvre un espace dédié au bien-être, à la coiffure, aux soins esthétiques et à l’art. Ici tout bouge, tout est amovible. Les meubles sont sur roulettes. « J’ai conçu, dessiné et fait construire les meubles de manière à les déplacer au gré des envies, des besoins. »

La particularité d’Arnaud est aussi de couper le cheveu à sec, avant shampooing.  Après cela, une des  coiffeuses poursuivra par le massage du cuir chevelu. La touche finale ?« Quelques coups de brosse, un peu d‘air chaud du sèche-cheveux, quelques mouvements des doigts un peu à gauche, un peu à droite… » Les cheveux prennent vie, à l’instar des végétaux du jardin vertical.

Sophie Radermecker

www.naturalmindbeauty.com 3607 W Sunset Blvd Los Angeles CA 90 026 323 666 6641

Commentaires

  • Carole

    Bonjour,
    Ça à l’air sympa l’organisation de son décor… tout ce qui touche au vegetal me passionne; surtout les murs végétaux.. pour ceux et celles qui souhaite suivre l’actualité du mur vegetal, vous pouvez aller sur ce site http://urbangarden.fr ou pour les modèles réduits que représente le cadre vegetal sur celui ci http://www.small-garden.fr ou il y a de nombreuses image de tableau vegetal
    Au revoir