Après Sarko l’Américain, « Nicolas Le Pen »

« Nicolas Le Pen ». Quand un journal dont le propriétaire n’est autre que l’homme d’affaires conservateur Rupert Murdoch titre ainsi un édito, cela devrait alerter. Cette semaine, le Wall Street Journal a réagit avec virulence aux déclarations de Nicolas Sarkozy dans l’émission des « Paroles et des Actes », et lors de son discours de Villepinte dimanche dernier, devant plusieurs dizaines de milliers de militants. Dans la première, le Président-candidat avait dit : « Il y a trop d’étrangers sur notre territoire ». Dans le second, il a agité la possibilité d’un départ de la France de l’espace Schenghen de libre circulation des personnes. « Même en France, cela devient rarement aussi cynique », souligne l’éditorialiste.

Parlant de « pensées affreuses », ce dernier s’emploie à montrer que fermer la France à l’immigration n’a pas de sens, « pas seulement pour les sentiment noirs sur lesquels cela joue, mais aussi parce que c’est un exemple parfait d’analphabétisme économique ». En se rapprochant du discours de l’extrême droite, Nicolas Sarkozy tente de « séduire les supporters du Front national, le parti xénophobe de Marine Le Pen», affirme le Journal. Le débat sur l’immigration est « principalement un prétexte pour combler l’anxiété française sur leur État providence de plus en plus délabré», commente le quotidien, qui souligne que l’enjeu pour le gouvernement français devrait être l’intégration des immigrés et la création « des conditions économiques dans lesquelles ils peuvent réussir en France ». Et de poursuivre : « M. Sarkozy comprend sans doute cela. Mais nous nous demandons si M. Sarkozy comprend aussi que des affichages de cynisme aussi transparents que celui-ci l’ont mené dans son embarras politique actuel.» Nicolas Sarkozy trouvera peut-être du réconfort dans le fait que le même journal qui chante les louanges du républicain Rick Santorum!

Commentaires

  • Marinayaoaunc

    la »droitisation » de monsieur sarkozy n’est qu’une stupide mais peut-etre efficace maniere de ramasser des votes. notre president n’a pas un ideal…mais infiniment d’ambition et c’est d’ailleurs cette meme tenace et ancienne ambition qui l’a amene’ la’ ou’ il est…car pour ce qui concerne la valeur intrinseque le l’homme beaucoup reste a dire….